26 novembre 2015

Salon du livre jeunesse de Montreuil 2015

Je serai au Salon du livre jeunesse de montreuil du 4 au 6 décembre.
En décicace pour Le Noël blanc de Chloé (Grasset jeunesse) et Le Voleur de sandwichs (La Pastèque) avec Patrick Doyon.
 C'est ma première participation à ce salon.
Merci au Calq.


16 novembre 2015

Mon Salon du livre de Montréal 2105

Puisque la vie doit continuer, voici mon horaire au Salon du livre de Montréal:

Mercredi 18 novembre
de 12h00 à 13h
Table ronde autour des finalistes du Prix TD, stand 175 de Radio-Canada

de 13h00 à 14h30
Les Voleurs du soir, Éd. La courte Échelle, stand 556

de 14h30 à 14h45
Sit-in au #SLMAdo, stand 342

Jeudi 19 novembre
de 13h00 à 14h30
Les Voleurs du soir, Éd. La courte Échelle, stand 556

Vendredi 20 novembre
de 13h30 à 15h
On aurait dit, Éd. Comme des géants, stand 100

de 19h00 à 20h00
Les Éditions Druide présentent: Chapeau au polar, espace Archambault

de 20h00 à 21h00
Crimes à la bibliothèque, Éd. Druide, stand 402

Samedi 21 novembre
de 10h00 à 11h00
Aux toilettes, Éd. Druide, stand 402

de 13h00 à 14h30
Le voleur de sandwichs, Éd. La Pastèque, stand 573

de 15h30 à 17h00
On aurait dit, Éd. Comme des géants, stand 100

Dimanche 22 novembre
de 10h00 à 11h00
Aux toilettes, Éd. Druide, stand 402

de 11h00 à 12h30
Le voleur de sandwichs, Éd. La Pastèque, stand 573


13 novembre 2015

Comment j'ai écrit On aurait dit


Jai publié mon premier livre jeunesse à linvitation de Gérard Dubois; ce fut lalbum Riquet à la Houppe, librement inspiré du conte de Charles Perrault, publié par les 400 coups, en 2000.
Gérard a ensuite illustré mon 1er roman jeunesse : Un ami qui te veut du mal, Éd. Boréal.
Depuis, nous sommes devenus amis, mais nous navons plus réalisé aucune autre livre ensemble.

Jusquen 2015, où lors dun lancement organisé par Comme des géants à la librairie le Port de tête, les éditeurs Nadine Robert et Mathieu Lavoie nous ont (re)lancés pour une éventuelle collaboration.
Le lendemain, jai fouillé dans mon carnet pense-bêtes où je note depuis vingt ans les idées qui me semblent prometteuses. Beaucoup de celles-ci sont devenues des histoires : romans, nouvelles, albums, scénarios
Je suis alors tombé sur cette phrase : Une histoire au conditionnel comme un jeu denfants. « On serait des guerriers, puis on irait... »
Javais noté ça environ cinq années plus tôt.
Je me suis aussitôt mis à écrire.
Jai proposé plus tard lhistoire à Gérard Qui a travaillé fort pour réaliser ses illustrations dans un délai plutôt serré. Le résultat est superbe.


On aurait dit quon se verrait là-bas.

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, on apprend que On aurait dit sera publié en France (Seuil Jeunesse), en Italie (Orocchio acerbo) et en Allemagne (Diogènes).

03 novembre 2015

Comment j'ai écrit Aux toilettes

Au début, il y a eu l’invitation d’Elaine Turgeon à écrire un album pour sa collection Motif(s) aux Éditions Druide. Cette collection se donne comme intention d’offrir des albums singuliers dans lesquels tout n’est pas dit et où l’ambiguïté et l’implicite sont le gage d’une rencontre avec le lecteur. Bref, des livres qui font appel à l’intelligence des jeunes en leur demandant de lire entre les lignes.
J’ai eu l’idée de mon histoire lors d’un atelier d’écriture que je donnais au Collège français de Toronto. Les élèves n’arrêtaient pas de demander la permission d’aller aux toilettes et le professeur leur refusait systématiquement. Je me suis demandé ce qui se passait dans ces toilettes pour qu’ils veuillent tous y aller.
Lors d’une rencontre avec Elaine, je lui décrivais un autre projet – pour adultes - sur lequel je travaille avec Pierre Pratt depuis trois ans (coucou les éditeurs) et elle m’a proposé de lui parler de nos toilettes. Il a bien voulu les illustrer.
Cette collaboration fut particulière, car Pierre - secondé par Elaine - a suggéré de couper la moitié de mon texte, qui devenait redondant avec ses images. J’ai d’abord hésité (touche pas à mes virgules, mec!), puis accepté, puis j’ai supprimé moi-même quelques phrases supplémentaires. L’album comporte donc plusieurs pages sans texte et c’est parfait ainsi.
Le lancement se fera à la librairie Le Port de tête, le mercredi11 novembre 2015 (leurs toilettes sont très correctes).


Voici ce que dit Nathalie Ferraris d'Aux Toilettes dans le dernier numéro du Libraire :
«Enfant, avez-vous déjà éprouvé un certain bonheur à vous retrouver seul dans les toilettes de l’école alors que tous les autres élèves étaient en classe? Pour ma part, ce moment passé en solitaire dans cet espace habituellement abondamment occupé lors de la récréation était synonyme de liberté. Dans le silence de la pièce, je rêvassais tout en ayant l’impression de voler du temps à l’enseignement avec un grand E. André Marois, qui nous a offert le succulent Voleur de sandwichs (La Pastèque), exploite avec brio ce thème dans l’album tout aussi délicieux, Aux toilettes. Ainsi, par un beau lundi matin, Julie demande à son enseignant Francis si elle peut aller à la salle de bain. Elle en revient en riant aux larmes. Lorsque Francis s’informe si elle va bien, elle répond qu’elle a vu un très vieux film avec Louis de Funès. Puis, c’est au tour Thomas de vouloir aller aux toilettes. À son retour en classe, il a des miettes de frites sur lui. Anne-Charlotte insiste pour aller aux toilettes à son tour et revient avec de nouveaux vêtements. Les uns après les autres, tous les élèves de la classe se rendent aux toilettes et en reviennent transformés, au grand désarroi de Francis qui ne comprend rien. Lorsque la cloche de la récréation sonne enfin, l’enseignant court aux toilettes. Il doit en avoir le cœur net. Assis dans un cabinet, il attend. Mais rien ne se passe. Puis il ferme les yeux, une toute petite seconde. Et là, la magie opère! Pour illustrer ce texte qui nous replonge directement dans les odeurs de l’école, l’éditeur a choisi le talentueux Pierre Pratt. Ses couleurs grasses et ses lignes dynamiques se marient à merveille à cette histoire un peu folle où la rêverie est à l’honneur. Gageons qu’après avoir lu cet album, les enfants seront nombreux à vouloir aller faire un petit tour aux toilettes…»