22 septembre 2022

La fin du monde est pour demain

Mon nouveau roman dans la collection Zébre de Bayard Canada.
La vie de Keven et de Livia bascule lorsque leurs parents leur annoncent que la fin du monde approche. À partir de maintenant, ils sont des survivalistes et doivent se préparer. Plus d’école ni de devoirs, mais aussi plus de wifi ni de jeux vidéo ! En modifiant leur appartement et en changeant complètement leurs habitudes, les membres de la famille se transforment peu à peu en survivants des temps modernes pour le meilleur et pour le pire. Mais ils semblent les seuls à connaître la vérité…
Roman pour les 10 ans et +. Illustré par Kuizin.

15 septembre 2022

Milieu Hostile

Je signale cette longue entrevue que j'ai acordée au site MILIEU HOSTILE, sous la plume de Christophe Dupuis.
Il y est question de roman noir, du Québec, des niveaux de langue française, de l'écriture, de mes sources d'inspiration et de quelques canettes de Kronenbourg 1664 blanche...
Commençons par une question à Yves Jolivet, son éditeur français : qu’est-ce qui vous a plu dans ces deux romans ? Yves Jolivet : La lecture de Bienvenue à Meurtreville a été jubilatoire. C’est un peu comme si les personnages de la BD des Vieux fourneaux se mettaient à défourailler et à empiler les cadavres pour développer l’animation et l’économie de Mandeville, un village perdu dans les Laurentides, au Québec. L’ouvrage contenait beaucoup de critères pour être édité chez nous: de la nature à foison, de l’efficacité, un tueur en série effectuant des meurtres décalés, le tout dans une écriture légère et humoristique. Si Irrécupérables n’est pas exactement la suite du premier ouvrage et peut se lire indépendamment, quand bien même l’intrigue se situe toujours à Mandeville, l’ouvrage est toujours aussi hilarant, un peu plus noir cependant et la fin de l’ouvrage conserve sont lot de surprises pétaradantes dans la continuité de l’ouvrage précédent.

08 septembre 2022

On ferait comme si

L’histoire fantastique de deux amis qui s'aventurent aux limites de leur imagination. Lorsque deux amis espiègles se font dire d'aller jouer dehors, le jardin devient leur décor pour une aventure frénétique et palpitante. Alors qu'ils jouent leur rôle de roi et de reine des citrouilles pour s'embarquer dans un voyage vers Mars, leur imagination débordante leur donne des pouvoirs magiques pour s'aventurer et combattre leurs ennemis sans pitié. Ce n'est que lorsqu'ils seront brutalement ramenés à la réalité qu'ils se retrouveront véritablement en danger !
Les images de Gérard DuBois sont absolument manifiques! Le livre est publié chez Comme des géants et parait simultanément en anglais chez Milky Way Picture books.
Pour des jeunes lecteurs de 5 à 8 ans. Parution en octobre 2022 en Amérique du Nord.

26 juin 2022

Quand la critique embarque

Publier une bd au sujet sombre pourrait provoquer des réactions réservées, mettons. C'est tout le contraire qui se passe jusqu'ici avec DÉBARQUÉS. Revue des critiques:
Sur le blogue C'est du livre et du bon, Robert Laplante: «... Loin de n’être qu’une bande dessinée noire, même si tout pouvait le laisser présager, Débarqués, se veut aussi un chant d’espoir. Une déclaration d’amour envers les importantes qualités, souvent enfouies profondément dans son âme, de l’être humain. Ces grandes qualités qui trouvent à l’occasion, quand la situation l’exige, le chemin pour s’exprimer.» À lire ici: Le silence des routes.
Dans Le Quotidien, Daniel Côté: «... Aussi, la nature de l’histoire imaginée par son partenaire l’a interpellé dès sa première lecture du scénario. « C’est un texte que je trouvais courageux, qu’il était important de faire connaître. Moi qui fais des BD humoristiques, ça m’a sorti de ma zone de confort, mais il me semblait nécessaire d’aborder le rapport de notre société avec les enfants handicapés, indique le dessinateur. J’ai été touché, entre autres, par les points de vue différents de la mère de Winston, qui se demande ce qu’il adviendra de lui après son décès, et du frère de Coco, qui vient d’hériter et souhaite se débarrasser d’un bagage encombrant. » À lire ici : Voyage malaisant jusqu'au fin fond de l'Abitibi
Dans La Presse : «... Avec Débarqués, les bédéistes québécois André Marois (au scénario) et Michel Hellman (aux pinceaux) proposent un road trip pas comme les autres, où les émotions l’emportent sur la beauté des paysages. Ici, le voyage est surtout intérieur, et c’est vrai aussi pour le lecteur, confronté à ses préjugés, mais aussi bouleversé par le drame qui se déploie de case en case. L’humanité n’est pas ici présentée sous son meilleur jour et pourtant, on referme cet album tendre avec un étrange sourire aux lèvres… Une lecture qui force la réflexion sur le sort qu’on réserve aux plus vulnérables.» À lire ici: Livraison sensible.
Dans Le Devoir, Francis Lemay : « « Quel étrange malaise nous ressentons à la lecture de Débarqués, album signé par l’auteur André Marois et le dessinateur Michel Hellman, en devinant, au fur et à mesure de notre lecture, la destination d’un mystérieux voyage en voiture. Même chose pour le personnage de Jean-Fran, engagé par Gil, pour l’aider dans ce transport de deux personnes vivant avec un handicap, qui se voit pris au beau milieu d’une très sordide entreprise. Cela donne froid dans le dos, et c’est exactement ce que voulait le duo d’auteurs.»
Dans Pieuvre: « Débarqués est une oeuvre courte, certes, mais efficace; tout est dit, tout est présenté, et l’on termine de lire la dernière page en pouvant enfin reprendre notre souffle.» À lire ici: Les sous-entendus sinistres de Débarqués.
Dans la revue les Libraires: «... L’un est trisomique et vient de perdre sa mère, l’autre est en fauteuil roulant, s’exprime seulement par l’utilisation de pictogrammes et a une mère en phase terminale d’un cancer. Tous les deux sont réunis, dans une voiture, avec Gil et Jean-Fran, qui doivent les transporter secrètement à plus de sept heures de route, dans un « centre de soins » sur une petite île accessible en chaloupe. Mais avec André Marois au scénario, les choses n’iront pas comme prévu, bien entendu!»
Et sur Radio-Canada, le club BD de l'émission Plus on est de fous: à écouter ici.

05 avril 2022

Débarqués

Ça y est, je publie mon premier album de bande dessinée! Mon rêve se concrétise grâce aux dessins de Michel Hellman. Débarqués est publié par La Pastèque, en mai 2022.
Gil a recruté Jean-Fran pour le seconder dans un transport très particulier. Leur mission consiste à aller chercher discrètement deux handicapés de familles différentes pour les mener sur une île où se trouve un centre de soins. Les transporteurs ne doivent pas poser des questions; juste s’assurer que leurs colis arrivent à destination en bon état. La route sera longue et pleine d’imprévus…
Débarqués est un road trip malaisant, mais rempli d’humanité.

07 mars 2022

Shoot the book !

Le Voleur de Sandwichs est sélectionné!
Pour son édition 2022, le Marché International des Droits du Festival d'Angoulême (MID) s'est associé à la SCELF, Société Civile des Éditeurs de Langue Française pour lancer un dispositif exceptionnel : Shoot the Book Angoulême. Avec ce premier marché dédié à l'adaptation audiovisuelle de la bande dessinée, déjà proposé par d'autres manifestations prestigieuses comme le Festival de Cannes, l'American Film Market de Los Angeles ou encore le Shanghai International Film Festival, le MID réaffirme sa position de leader français en matière de cessions de droits dans le domaine du 9e art. Le mercredi 16 mars 2022 à 15h20, les 10 titres sélectionnés seront présentés par les responsables de droits sur la scène du MID devant des professionnels de l'audiovisuel. Le Marché des Droits offre en amont à chaque intervenant une séance de coaching personnalisée afin de perfectionner leur prise de parole. Cette session de pitches sera précédée d'une conférence sur le sujet de l’adaptation et sera suivie de rendez-vous one to one entre producteurs et éditeurs. Le jury de Shoot the Book ! Angoulême réunit Nicolas Boukhrief, Joey Brown, Guillaume Colboc, Catherine Esteves, Anne de Galard, Marc du Pontavice et Justus Riesenkampff. L'article de Actualitte ici.

21 février 2022

IRRÉCUPÉRABLES en France

Irrécupérables est publié en France en février 2022, chez l'éditeur Le Mot et le Reste qui avait déjà publié Bienvenue à Meurtreville.
Déjà une première critique est parue sur le blogue Polarmaniaque. «... Voilà un excellent polar rural qui sent bon son Canada et la cordite, cette odeur si caractéristique de la poudre. Il y a un côté Far West, mais sans concession, sur fond de trafic de métaux volés, de courses folles de quads et de pick-ups, de tireurs fous et de voisinage trouble, c’est la Belle Province vue sous un angle belliciste et le chinois Sun Tzu avec son art de la guerre en toile de fond. Si vous voulez vous désennuyer, cet opus est un choix idéal. Vous en dire davantage serait divulgâcher, pour pasticher nos cousins.»

22 décembre 2021

Mes 12 best lectures de 21

 

Les sapins tournés de Mr. Wall à Percé

 

Du noir, mais pas que.

Des romans, mais aussi trois essais, deux bd, des nouvelles et de la poésie, toi.


À la ligne - Feuillets d’usine, Joseph Ponthus, Éditions de la Table Ronde, 2019

Des vers sans rime ni ponctuation pour raconter le quotidien d’un ouvrier à l’usine et dans un abattoir. Tout sauf superficiel et fabriqué, si loin d’une autofiction qui s’apitoierait sur son propre sort. Joseph Ponthus raconte la douleur, la précarité et l’épuisement avec toujours un rappel à la littérature et la chanson françaises pour tenir le coup. Magistral.

#coupdecoeur

 

Œdipe n’est pas coupable, Pierre Bayard, Minuit, essai, 2021

Bayard décortique Œdipe Roi de Sophocle pour démontrer qu’Œdipe est innocent. Freud, René Girard et Voltaire font partie des nombreux invités de cette brillante enquête, passionnante, érudite et même amusante.

#parricide

 

Hôtel de verre, Emily St. John Mandel, Alto, 2021

L’amour malgré tout, l’ambiance tendue, l’écriture fine. Je suis fan de cette écrivaine. Très différent de Station Eleven et c’est tant mieux. Un style à la hauteur de mon plaisir.

#pyramidedeponzi

 

L’inconnu de la poste, Florence Aubenas, L’Olivier, 2021

Une longue enquête pleine d’humanité et de suspense sur un meurtre irrésolu et un suspect aussi attachant qu’ambigu. Lecture addictive.

#coldcase

 

Wendy, Maître ès art, Walter Scott, bd, traduction de Daphné B, La Pastèque, 2021

Wandy fait sa maîtrise aux beaux-arts de l’Université de l’Enfer (Ontario). Hilarant, déjanté, trash, sans issue.

#déjantée

 

Un homme dans la foule, 1957, Budd Schulberg, nouvelle traduction de Christophe Mercier, éditions des Équateurs Parallèles, 2017

On croit lire l’ascension de Trump. Le parcours incroyable d’un manipulateur des médias, fabulateur et charismatique. La traduction précédente était nettement moins bonne. Cette nouvelle a été adaptée par Élia Kazan au cinéma en 1957.

#populisme

 

Les cowboys sont fatigués, Julien Gravelle, Leméac, 2021.

Un vrai roman noir québécois (plutôt rare) qui se déroule au nord du lac Saint-Jean. Un peu de Breaking bad chez les redneck keb. Langue parlée très bien sentie. De l’action, des méchants et une réédition au Seuil.

#romannoir

 

L’assassin qui est en moi, 1952, Jim Thompson, Rivages, 2012, première traduction intégrale par Jean-Paul Gratias.

Relecture de ce chef-d’œuvre du roman noir, sans concession, sans happy end. On est souvent mal à l’aise et c’est bon signe. «Probablement le récit le plus crédible et le plus effrayant que j’ai rencontré, écrit à la première personne, sur un esprit déformé par le crime. » selon Stanley Kubrick.

#dérangeant

 

Propriété privée, Julia Deck, Éd. Minuit, 2019

Satirique version moderne de l’installation d’un couple de bobos dans un écoquartier. Les voisins viendront forcément tout gâcher. Le ton est joyeusement dépressif.

#jubilatoire

 

Ce qu’il faut de nuit, Laurent Petitmangin, La Manufacture de livres, 2020

Un père militant communiste et ses deux fils, milieu ouvrier. Lorsque l’aîné se rapproche du FN, tout dérape. Juste, émouvant et intense. Humain, quoi.

#touchéenpleincoeur

 

Ton pays sera mon pays, Philippe Manevy, Leméac, essai, 2021

Manevy a quitté la France pour s’installer au Québec avec sa femme québécoise. Il raconte ses découvertes, émotions, lectures, différences. L’immigration, l’intégration : pas toujours simple. J’y ai retrouvé plein d’éléments vécus et découvert beaucoup d’autres.

#mauditfrançais

 

Tu ne tueras point, Hondalette-Tripp-Doisneau, Le Lombard, 2021.

Un recueil de faits divers mis en bd. Impossible de n’en lire qu’un. La misère du quotidien en images.

#plaisircoupable

20 novembre 2021

Un drôle de troc

On peut lire ma nouvelle inédite intitulée DRÔLE DE TROC, sur le site de Metropolis bleu, dans la série Les chiffres en toutes lettres.

Et vous pouvez aussi l'écouter ici en balado, lue par moi-même.

Direction : Sylvain Massé
Pris de son et mixage : Patrick Tousignant
Une réalisation À voix haute
Une production Metropolis bleu


21 octobre 2021

Instagramarois

 

J’ai un peu délaissé mon blogue ces temps derniers, parce que je n’avais pas de nouveautés à présenter, mais également parce que je publie maintenant sur Instagram.

 

On peut désormais me trouver aussi à cette adresse :

@marois_andre

 

À bientôt !