25 septembre 2018

C'est un départ


Après trois semaine superbes sur la côte Nord, Nous partons en Europe jusqu'en juin 19.
D'abord Berlin, puis on verra.
La maison est louée, le chalet est en bonnes mains, l'auto est prêtée.
Sac à dos, ordinateur, carnet de croquis.
Nous allons nourrir notre tête ailleurs, créer, profiter de la vie.
Je donnerai des nouvelles ici et sur ma page Facebook.

Le numéro de mon téléphone cellulaire ne sera plus joignable à partir du 1er octobre, mais je serai toujours au bout de mon courriel ou sur Messenger et autre Skype.

À bientôt, ici ou là.

30 août 2018

Mystères à l'école


Après Meurtres à la Librairie, à la Bibliothèque (auquel jai participé) et au Musée, Richard Mignault lance Mystères à lécole aux éditions Druide. Un recueil de nouvelles policières qui sadresse cette fois-ci aux jeunes. Nous sommes 14 auteur-trices à partager ces 280 pages :
Chantal Beauregard, Geneviève Blouin, Simon Boulerice, Laurent Chabin, Evelyne Gauthier, Karine Lambert, Martine Latulippe, André Marois, Chloé Varin, Pierre-Yves Villeneuve, Léo Le Brun, Sonia Sarfati, Robert Soulières et Suzanne Myre.
Jy signe une nouvelle intitulée Encanador ! où un garçon découvre un jeune inconnu dans le couloir de son école. Celui-ci ne semble savoir dire quun mot étrange : encanador. Lenquête de notre héros lui fera découvrir lidentité du mystérieux personnage et lamènera à se poser des questions sur lécole obligatoire et les immigrants illégaux.
En librairie dès le 12 septembre 2018.
Lancement le 18 septembre à la librairie de Verdun.
-->

28 juillet 2018

Une appli pour lire?


À la suite de notre Prix des Incorruptibles 2016 en France, l’association du même nom nous a proposé d’offrir Le Voleur de sandwichs dans une application disponible seulement pendant l’été 2018. Au menu : notre livre à lire en ligne, mais aussi des liens vers d’autres livres, nos portraits, une vidéo, un quiz et autres. C’est simple, bien fait, ludique.
Les jeunes liront-ils plus ainsi ? Liront-ils mieux ? Je n’ai aucun moyen d’en juger. Je pense qu’offrir un support supplémentaire de lecture ne peut pas nuire. Surtout, cette appli n’est pas la finalité de notre livre, elle n’est qu’un moyen temporaire et supplémentaire, après-coup, de le rendre accessible aux jeunes lecteurs et lectrices.
Les auteurs ont bien sûr été payés pour cette utilisation spéciale.
Il y a 7 applications numériques d’été des Incos disponibles sur Google Play Store et Apple Store. La notre est celle des CE2-CM1. Elles sont toutes gratuites.
C’est à suivre, donc.
-->

16 juillet 2018

Ravi du Ravinala

Le Voleur de Sandwichs continue de plaire aux jeunes lecteurs. Après le Prix des incorruptibles en France et le prix Atrapallibres à Barcelone, il vient d'obtenir le premier prix dans le cadre du prix littéraire Ravinala du livre voyageur / Madagascar (catégorie CE2 / CM1).
534 élèves des classes de CE2 et CM1 ont participé à ce vote.
Les résultats ont été annoncés officiellement lors de la première édition de la semaine de la littérature de jeunesse de Tananarive.
Merci aux jeunes lecteurs et lectrices de l'Océan Indien.

07 juillet 2018

Réimpression, j'écris ton nom.




Réimpression : pour l’écrivain, ce mot sonne comme l’exact opposé de pilon. Le premier déclenche des sourires, le second nous plonge dans le doute et la déprime.
J’en parle ici, parce que j’apprends que mon roman jeunesse Blanc comme la mort vient d’être réimprimé pour la première fois depuis sa parution en 2000. C’est une sacrée belle surprise.
Ce qui est formidable, c’est que 18 ans plus tard, mon histoire vit encore. Elle rencontre de nouveaux lecteurs et lectrices. Youpi !
Pourquoi cet intérêt pour ce livre ? La réponse se trouve forcément du côté des écoles. Un.e professeur.e aura décidé de mettre Blanc comme la mort à l’étude. C’est la seule explication possible, car c’est ce qui se produit avec Les Voleurs de mémoire et Où est Agota ?
 Pour La Forêt des insoumis, jamais je n’aurais imaginé qu’un livre qui traite des insoumis québécois pendant la première guerre mondiale connaitrait un nouveau tirage. Mais là aussi, le sujet intéresse en classe et mon atelier sur Le Québec en guerre permet d’aborder ce sujet difficile.
Côté pilon, d’autres livres disparaissent sans jamais avoir trouvé leur lectorat. On procède à des réductions d’inventaire, on coupe dans les stocks. On pilonne, quoi, même si ce terme est proscrit.
Dans certains cas, je me dis, OK, ce n’était peut-être pas mon meilleur. D’autres échecs, par contre, restent plus inexplicables. Mes amis ont aimé ces romans. La critique aussi. Alors, que se passe-t-il ? Allez savoir ; la littérature n’est pas une science, fort heureusement.
Mon record personnel reste Le Voleur de sandwichs qui en est à sa 6e réimpression.

19 juin 2018

Le Montréaler

Parce que j'aime Montréal, le vélo, le chant et les histoires sombres, j'ai écrit une courte histoire intitulée «À nous la rue!» dans cette édition spéciale du Montréaler, publiée par Somme toute.

Le livre regroupe 60 artistes: illustrateurs.trices et auteurs.trices.


Le lancement aura lieu le 21 juin à 17h, à la Station F-MR.

16 juin 2018

Gémeaux ?!

Tout Garni se retrouve 4 fois finalistes aux Prix Gémeaux 2018.
Pour ma part, je suis finaliste dans la catégorie Meilleur texte pour une émission ou série produite pour les médias numériques : jeunesse.
C'est ma première sélection et je vois bien qu'il y a 3000 finalistes, mais c'est quand même vraiment chouette.
Bravo à toutes celles et ceux qui ont participé au projet!

31 mai 2018

Le prix Atrapallibres pour El lladre d'entrepans

Belle nouvelle en provenance de Barcelone. Notre Voleur de sandwichs vient d'y remporter le prix Atrapallibres dans la catégorie 9 ans.  

El lladre d'entrepans a été publié par la maison d'édition Cruïlla.

Les prix seront remis le 4 juin à la bibliothèque Jaume Fuster.


Moltes gràcies a tots vostès. Gràcies a l'editorial Cruïlla. Viu llibres il·lustrats i sobretot ... mira els teus entrepans.

24 mai 2018

Un nouvelliste atteint de lucidité chronique

Voici une critique de L'oeuvre incomplète d'Amilcar Torpp publiée sur le site Culture Hebdo:
« Le plaisir de lire est doublé quand un écrivain élève le niveau avec des tournures de styles, des métaphores, des envolées lexicographiques qui nous font jubiler. C’est exactement à quoi vous risquer d’être confronté en fréquentant André Marois (la littérature française avait déjà son André Maurois). Sur des illustrations de Pierre Pratt l’homme de lettres présente L’œuvre incomplète d’Amilcar Torpp. Ne vous attardez pas trop au titre, c’est comme s’il fallait en trouver un. Ce sont des nouvelles avec pour chaque chapitre un univers particulier. C’est comme un musicien qui fait des gammes, lui se joue de la nouvelle comme un virtuose qui tutoie l’excellence. Mais ce qui frappe c’est qu’il est sans doute atteint de lucidité chronique car son sens de l’observation est renversant. Que du bonheur à chaque page. Dans le genre de la nouvelle, vous avez ici l’équivalent d’une classe de maître. »

J'en suis baba.

13 mai 2018

Tuer pour dessiner


La première critique de notre Oeuvre incomplète d'amilcar Torpp est parue dans Le Devoir sous la plume de Fabien Deglise.
Elle se finit ainsi: «C’est étrange et brillant à la fois. C’est ludique et bien ficelé, mais au final, c’est surtout aussi mystérieux comme objet que le destin du personnage qui en occupe le centre.»
Merci!
https://www.ledevoir.com/lire/527494/tuer-pour-dessiner