10 novembre 2018

Wir lernen Deutsch

Une Russe, deux Syriens, trois Italiens, un couple d'Ukrainiens, trois Mexicains, un Américain, une Brésilienne, une Espagnole, un Chinois de Taïwan, un Français, un couple de Québécois, un Indien, un Péruvien et un Roumain apprennent l'allemand ensemble. 
Nous voici à la Volkshochschule de Berlin. Le choix de cours offerts et les écoles dans toute le ville répondent vraiment à tous les besoins.
Quatre cours de quatre heures par semaine, de 17 h à 21h15, pendant cinq semaines. C'est intensif, mais efficace.
Le groupe est vraiment hétéroclite par ses nationalités, mais aussi par l'âge des élèves: Chiara a 19 ans et moi 40 de plus. Mais aussi par les raisons de sa présence à Berlin: réfugiés, étudiants en doctorat, travailleurs fraichement débarqués, carreleur ou cuisinier.
Nous suivons le cours Deustch A1.1. pour débutants, spécial intégration.
Quand on ne comprend un mot, il y a toujours l'anglais ou l'espagnol pour échanger entre nous. Tout le monde s'en sort donc, sauf les deux Ukrainiens qui ne parlent pas ces langues. Ils avaient du mal à suivre, jusqu'à l'arrivée d'Annah qui parle anglais. Alors quand Victor veut un renseignement, il s'adresse à elle en russe et elle lui explique. Tout le monde les écoute échanger. On s'assure que ça fonctionne et la professeure reprend.
Alles gut!


30 octobre 2018

Ende Gelände


Cette fin de semaine, nous sommes allés à Ende Gelände. La minière RWE a décidé d'abattre les 10 % de la forêt Hambach (Hambi pour les intimes) qu'elle n'a pas déjà détruits (près de Buir). Depuis 6 ans, un mouvement de résistance s'est installé. Occupation des bois, actions sur le terrain... La mine de charbon (lignite) à ciel ouvert est immense - la surface de Paris. Le spectacle est affligeant. Le bilan carbone de la Rhénanie est une catastrophe.
Chaque année, une grosse opération a lieu sur le terrain. Pendant que nous manifestions face aux excavatrices qui grugent le sol en direction des bois, des milliers d'activistes bloquaient la voie ferrée qui relie la mine à la centrale thermique, ainsi que l'autoroute. Actions non-violentes. Police en masse, arrestations en masse. Tout le monde a été libéré. Le soir, retour au camp, installé depuis peu suite à l'évacuation par la police de l'emplacement prévu. L'organisation et la logistique sont impressionnants: organiser, loger, nourrir 6500 personnes! 

Les gens viennent de toute l'Europe, dont un train complet en provenance de Prague (+ deux Québécois.e.s). La cuisine (bio, local, vegan) est délicieuse. Une tonne de pain par jour! L'ambiance est fabuleuse. On parle, crée des contacts, échange des infos, participe aux tâches. Durant la nuit, l'action continue: alimenter et apporter du renfort aux activistes qui occupent la track. Nous allons chercher des militants libérés aux gares de Aagen et Duren. Le dimanche, nous avons marché dans les allées de Hambi où des barricades sont érigées. Les maisons dans les arbres ont été détruites par RWE et on craint un retour des mêmes sur les lieux. 
Un week-end très intense, qui donne à la fois espoir et fait craindre le pire. À noter: pendant deux jours, entourés par 6500 personnes en grande majorité dans la vingtaine, nous n'avons vu personne qui regardait son téléphone. Discussion, action, fête, solidarité. Hambi bleibt!



18 octobre 2018

Moi, c'est Tantale. Et toi?

Le tantale est un métal rare, précieux et très recherché. Que nous apprendrait-il s’il pouvait tout nous révéler ?
Découvrez ses aventures et son voyage depuis la République démocratique du Congo où il est extrait, en passant par l’Asie où il est transformé, pour arriver dans nos téléphones cellulaires. Et après ? Qu’est ce qu’il devient ? Tantale nous raconte tout.

André Marois s’est glissé dans la peau de ce métal avec le sens du scénario et de l’ironie qu’on lui connait pour en faire un récit haletant, rempli de rebondissements.
Loin du discours culpabilisateur habituel, ce roman graphique entraine une prise de conscience sur notre consommation à outrance, une réflexion sur la provenance des objets que nous utilisons chaque jour.

Illustré par Julien Catanié. Publié aux éditions de l'Isatis dans la collection Griff.



Lancement le mercredi 7 novembre à la librairie L'Euguélionne à Montréal.

25 septembre 2018

C'est un départ


Après trois semaine superbes sur la côte Nord, Nous partons en Europe jusqu'en juin 19.
D'abord Berlin, puis on verra.
La maison est louée, le chalet est en bonnes mains, l'auto est prêtée.
Sac à dos, ordinateur, carnet de croquis.
Nous allons nourrir notre tête ailleurs, créer, profiter de la vie.
Je donnerai des nouvelles ici et sur ma page Facebook.

Le numéro de mon téléphone cellulaire ne sera plus joignable à partir du 1er octobre, mais je serai toujours au bout de mon courriel ou sur Messenger et autre Skype.

À bientôt, ici ou là.

30 août 2018

Mystères à l'école


Après Meurtres à la Librairie, à la Bibliothèque (auquel jai participé) et au Musée, Richard Mignault lance Mystères à lécole aux éditions Druide. Un recueil de nouvelles policières qui sadresse cette fois-ci aux jeunes. Nous sommes 14 auteur-trices à partager ces 280 pages :
Chantal Beauregard, Geneviève Blouin, Simon Boulerice, Laurent Chabin, Evelyne Gauthier, Karine Lambert, Martine Latulippe, André Marois, Chloé Varin, Pierre-Yves Villeneuve, Léo Le Brun, Sonia Sarfati, Robert Soulières et Suzanne Myre.
Jy signe une nouvelle intitulée Encanador ! où un garçon découvre un jeune inconnu dans le couloir de son école. Celui-ci ne semble savoir dire quun mot étrange : encanador. Lenquête de notre héros lui fera découvrir lidentité du mystérieux personnage et lamènera à se poser des questions sur lécole obligatoire et les immigrants illégaux.
En librairie dès le 12 septembre 2018.
Lancement le 18 septembre à la librairie de Verdun.
-->

28 juillet 2018

Une appli pour lire?


À la suite de notre Prix des Incorruptibles 2016 en France, l’association du même nom nous a proposé d’offrir Le Voleur de sandwichs dans une application disponible seulement pendant l’été 2018. Au menu : notre livre à lire en ligne, mais aussi des liens vers d’autres livres, nos portraits, une vidéo, un quiz et autres. C’est simple, bien fait, ludique.
Les jeunes liront-ils plus ainsi ? Liront-ils mieux ? Je n’ai aucun moyen d’en juger. Je pense qu’offrir un support supplémentaire de lecture ne peut pas nuire. Surtout, cette appli n’est pas la finalité de notre livre, elle n’est qu’un moyen temporaire et supplémentaire, après-coup, de le rendre accessible aux jeunes lecteurs et lectrices.
Les auteurs ont bien sûr été payés pour cette utilisation spéciale.
Il y a 7 applications numériques d’été des Incos disponibles sur Google Play Store et Apple Store. La notre est celle des CE2-CM1. Elles sont toutes gratuites.
C’est à suivre, donc.
-->

16 juillet 2018

Ravi du Ravinala

Le Voleur de Sandwichs continue de plaire aux jeunes lecteurs. Après le Prix des incorruptibles en France et le prix Atrapallibres à Barcelone, il vient d'obtenir le premier prix dans le cadre du prix littéraire Ravinala du livre voyageur / Madagascar (catégorie CE2 / CM1).
534 élèves des classes de CE2 et CM1 ont participé à ce vote.
Les résultats ont été annoncés officiellement lors de la première édition de la semaine de la littérature de jeunesse de Tananarive.
Merci aux jeunes lecteurs et lectrices de l'Océan Indien.

07 juillet 2018

Réimpression, j'écris ton nom.




Réimpression : pour l’écrivain, ce mot sonne comme l’exact opposé de pilon. Le premier déclenche des sourires, le second nous plonge dans le doute et la déprime.
J’en parle ici, parce que j’apprends que mon roman jeunesse Blanc comme la mort vient d’être réimprimé pour la première fois depuis sa parution en 2000. C’est une sacrée belle surprise.
Ce qui est formidable, c’est que 18 ans plus tard, mon histoire vit encore. Elle rencontre de nouveaux lecteurs et lectrices. Youpi !
Pourquoi cet intérêt pour ce livre ? La réponse se trouve forcément du côté des écoles. Un.e professeur.e aura décidé de mettre Blanc comme la mort à l’étude. C’est la seule explication possible, car c’est ce qui se produit avec Les Voleurs de mémoire et Où est Agota ?
 Pour La Forêt des insoumis, jamais je n’aurais imaginé qu’un livre qui traite des insoumis québécois pendant la première guerre mondiale connaitrait un nouveau tirage. Mais là aussi, le sujet intéresse en classe et mon atelier sur Le Québec en guerre permet d’aborder ce sujet difficile.
Côté pilon, d’autres livres disparaissent sans jamais avoir trouvé leur lectorat. On procède à des réductions d’inventaire, on coupe dans les stocks. On pilonne, quoi, même si ce terme est proscrit.
Dans certains cas, je me dis, OK, ce n’était peut-être pas mon meilleur. D’autres échecs, par contre, restent plus inexplicables. Mes amis ont aimé ces romans. La critique aussi. Alors, que se passe-t-il ? Allez savoir ; la littérature n’est pas une science, fort heureusement.
Mon record personnel reste Le Voleur de sandwichs qui en est à sa 6e réimpression.

19 juin 2018

Le Montréaler

Parce que j'aime Montréal, le vélo, le chant et les histoires sombres, j'ai écrit une courte histoire intitulée «À nous la rue!» dans cette édition spéciale du Montréaler, publiée par Somme toute.

Le livre regroupe 60 artistes: illustrateurs.trices et auteurs.trices.


Le lancement aura lieu le 21 juin à 17h, à la Station F-MR.

16 juin 2018

Gémeaux ?!

Tout Garni se retrouve 4 fois finalistes aux Prix Gémeaux 2018.
Pour ma part, je suis finaliste dans la catégorie Meilleur texte pour une émission ou série produite pour les médias numériques : jeunesse.
C'est ma première sélection et je vois bien qu'il y a 3000 finalistes, mais c'est quand même vraiment chouette.
Bravo à toutes celles et ceux qui ont participé au projet!