19 septembre 2012

Storyteller

Je suis un lecteur comme les autres. En tant qu’auteur de romans noirs, j’aime lire des polars, mais je ne lis pas que ça. Je ne suis pas un grand fan des séries policières avec le même détective alcoolique qui a une vie de famille compliquée. J’apprécie, mais quand j’en ai lu un, je passe à un autre auteur.
Il y a, bien sûr, des écrivains de littérature noire que j’adore : Brian Evenson, Gillian Flynn, Donald Westlake, Dennis Lehane et plein d'autres.

Avec des milliers de titres en circulation, il y a forcément beaucoup de polars qui se ressemblent.  
Et puis de temps en temps, l'un d'eux se démarque. Je lis un roman d’un auteur que j’ignorais et je suis carrément jaloux.

C’est le cas de Storyteller de James Siegel. D’emblée la prémisse m’a plu : c’est l’histoire d’un journaliste américain, banni pour avoir inventé le contenu de dizaines de reportages. Ce type n’est plus crédible nulle part. Bien sûr, il va tomber sur une affaire énorme qu’il voudra raconter. L’idée est brillante et surtout, le livre l’exploite jusqu’au bout, avec une logique parfaite. La narration est à la première personne et la narration cynique est un bonheur. Je ne peux pas en dire plus.
Chaudement recommandé par mézigue.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire