07 mai 2016

Bienvenue aux critiques ?


Les critiques de Bienvenue à Meurtreville sont plutôt contrastées.
Dans La Presse, Norbert Spehner me donne quatre étoiles et ne boude pas son plaisir : «Bienvenue à Meurtreville est un court récit tout droit sortie de l'imagination retorse d'André Marois, qui manie un humour noir férocement jouissif. Cette singulière variation sur le thème éculé du tueur en série est particulièrement originale et réussie. Un plaisir de lecture tout à fait coupable!»

À l’émission Salut Bonjour sur TVA, Chrystine Brouillet a aussi beaucoup aimé : «L’humour noir à son meilleur! Une intrigue qui se tient parfaitement, un cadre bucolique inusité, des personnages truculents : un résultat absolument réjouissant!»

Sur le blogue Sang d’encre Polars, Michel Dufour est lui aussi très heureux de sa lecture : «Partant de ces prémisses simples, Marois compose une jolie histoire de solidarité et de sang. Pas de plongée dans les profondeurs de la psyché, pas d’analyse sociologique structuralo-dialectique, pas de déviance sadomasochiste qui favorise l’insomnie. Marois a une idée et il la développe avec cohérence et une grande force d’attraction; un petit nombre de personnages importants s’y greffent naturellement; puis, on a l’impression que l’histoire se déroule toute seule. À la sortie du livre, nous ne sommes peut-être pas plus savants, mais nous avons passé un sacré bon moment.»

Enfin - je gardais le pire pour la fin - dans Le Devoir, Michel Belair n’est vraiment pas d’accord avec ses collègues. Il m’assassine, me flingue à bout portant, ne trouvant aucun humour dans cette idée de roman noir. Il ne m’accorde aucune circonstance atténuante. Quand la critique est à ce point négative, est-ce signe que le livre ne laisse pas indifférent?
À méditer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire