21 janvier 2015

Plus on est de fous, plus on lit


Le 18 novembre à lémission Plus on est de fous, plus on lit, un panel dinvités discutait de lélaboration éventuelle dun corpus de livres pour les jeunes du secondaire. Sophie Gagnon, alias Sophie Lit, proposa une liste composée uniquement de livres jeunesse. Elle y fit figurer Où est Agota ? pour mon grand plaisir. (Et aussi pour ma gêne, en voyant les autres titres proposées, où figuraient des classiques de France et du Québec.)

Suite à cette intervention radiophonique, voici le courriel que jai reçu le 5 décembre.
Je le reproduis ici avec la permission de lenseignant :
Je suis enseignant orthopédagogue auprès d'élèves en difficulté d'apprentissage à l'école secondaire (…) à Montréal.
Cette année, au mois d'octobre, je cherchais un roman d'enquête pour mes élèves de la deuxième secondaire. Ces élèves sont tous en situation d'échec et refont cette année avec des mesures d'aide spéciales (groupe réduit, enseignant spécialisé, etc.).
J'ai été informé de l'existence de votre série d'épisodes par l'entremise de l’intervention radiophonique de Sophielit à l’émission « Plus on est de fous, plus on lit ».
J'ai immédiatement sauté sur un exemplaire que nous avions à notre bibliothèque et j'ai lu le premier épisode. J'étais conquis.
Il faut comprendre que séduire mes élèves était une tout autre tâche. J'ai préparé ma présentation. J'ai attisé leur intérêt en faisant miroiter certains punchs.
Lorsque nous avons reçu vos 40 exemplaires pour que tous puissent en avoir un, ils se sont littéralement rués vers la bibliothèque pour avoir le leur.
Un effet étrange s'est ensuite produit dans ma classe. Mes élèves les plus réfractaires à la lecture se sont mis à lire. J'ai eu des questions de leur part comme : « c'est quoi Pulp Fiction? », « hein on a droit de lire un roman qui parle de pot? ». J'ai aussi eu des réactions fortes à leur rencontre avec le personnage d’Harry : « quel pervers! », « je le déteste lui! ».
En gros, aucun n’a été laissé indifférent. Bravo.
Sachez que pour nous, enseignants, travailler dans l'univers de la lecture est un peu comme travailler dans une unité médicale de grands brulés. Mes élèves ont souvent été traumatisés par des séries d'échecs, des rencontres fâcheuses avec des romans inadaptés à leurs difficultés en lecture et, je dois l'admettre, des enseignants tortionnaires.
Ainsi, votre roman, dans ce contexte, me rend la tâche tellement plus facile. Je vous en remercie.
De ce fait, j'aimerais que mes élèves puissent faire votre connaissance et qu'ils vous partagent leurs réactions à votre œuvre…

Ce courriel m’a chaviré.
Savoir qu’un de mes livres touche ainsi des lecteurs difficiles, leur donne envie de lire, attise leur curiosité, les fait réagir, casse l’indifférence ; c’est pour moi une récompense sans nom. 

Moi aussi, je les remercie, avant d’aller les visiter sous peu.

2 commentaires:

  1. Fantastique ! Maintenant, faut que je vois si ça va marcher avec mon fils !

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas non plus garanti. Je ne rembourse pas si vous n'êtes pas satisfaits ;)

    RépondreSupprimer