06 octobre 2009

Immigré français


Le 3 octobre 1992, je posais pour la première fois les pieds à Montréal, sans savoir si j’allais y rester. Je m’étais alors fixé deux objectifs : écrire un roman et courir un marathon. Je n’avais jusque-là produit que de très courtes nouvelles, publiées çà et là dans des magazines français.
J’ai donc commencé à courir et à écrire.
En 1993, j’ai remporté le concours de nouvelles de l’hebdo culturel Voir, avec Van Gogh a encore frappé. Ça m’a motivé à continuer.
En 1997, je suis devenu citoyen canadien.
En 1999, après deux romans unanimement refusés des deux côtés de l’Atlantique, mon troisième livre pour adultes : Accidents de parcours, a été publié aux éditions La courte échelle.
La même année, les éditions Boréal ont publié mon premier roman jeunesse Un ami qui te veut du mal (illustré par Gérard Dubois).

17 ans et 19 livres plus tard (avec un seul titre publié en France : Tueurs en 4x4, chez Albin Michel), je suis un écrivain québécois à temps plein et fier de l’être.
Aurais-je autant écrit si je n’avais pas émigré ? Je ne le pense vraiment pas.

Je n’ai toujours pas couru de marathon. Je participe à une ou deux épreuves sur 10 km par an et ça me suffit. La prochaine : la Classique du Parc Lafontaine, le 18 octobre.

4 commentaires:

  1. Pour moi, ça a été février 2003, il y a des moments qui ne s'oublient pas.
    J'ai quelques objectifs c'est sûr, j'espère que je les atteindrai aussi. Le temps le dira. Mais de savoir que d'autres ont fait le chemin avant nous est tout de même rassurant.
    Bonne chance pour ta course.

    RépondreSupprimer
  2. Et on ne sera pas sans reparler prochainement d'"Accidents de parcours" chez Duclock. Bon sang ici aussi ça court, mais avec ce temps maussade, de la bruine plein les parcs et les rues de Nantes, hé bien c'est souvent la flemme qui l'emporte. Maudite flemme.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos encouragements.
    Ici aussi, la flemme nous mine.

    RépondreSupprimer
  4. Finalement: les 10 km en 50 minutes et 28 secondes.
    - Pour ton âge, c'est bon, dit mon frère Guy.

    RépondreSupprimer