08 mars 2010

Écrivains à l'école


Le programme La culture à l'école du ministère de la culture du Québec est un excellent système qui permet d'envoyer des écrivains et leurs livres dans les écoles qui le demandent. J'y participe depuis trois ans et les rencontres sont toujours passionnantes pour les élèves, les professeurs et les auteurs.
Ce programme est de plus en plus populaire et le nombre de livres envoyés par journée de trois animations ne cesse de diminuer. Il est passé de 30 à 20 exemplaires, puis a été suspendu en début d'année, avant de reprendre, pour enfin chuter à neuf livres. La suite est incertaine. Dans notre province où 50 % de la population est incapable de comprendre un article de journal, on se questionne sur cette aide à la lecture qui se trouve encore en péril.

Voici la lettre de l'écrivaine Sonia K-Laflamme:
«Montréal, le 8 mars 2010

À tous les écrivains inscrits au programme La culture à l’école,

Après un mois de janvier exécrable au cours duquel le Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine menaçait de suspendre le volet « distribution de livres » du programme La culture à l’école, la ministre madame St-Pierre avait finalement consenti une aide additionnelle de 92 000 $.
Tout le monde se réjouissait. Hélas, le problème n’était pas réglé ! Loin s’en faut...
Cette somme de 92 000 $ a seulement permis de combler les déficits encourus au cours des dernières années. Si bien que maintenant, il ne reste déjà plus assez d’argent pour garantir l’envoi des vingt livres par journée de rencontre jusqu’à la fin de l’année. Le programme doit donc revoir à la baisse le nombre de livres et le fixer... à neuf !
Le geste de madame St-Pierre n’a donc été qu’un coup d’épée dans l’eau.
Qu’arrivera-t-il en septembre prochain ? Tous les espoirs sont encore permis, puisqu’on débutera l’année avec un nouveau budget, sans déficit. Mais le nombre de livres reviendra-t-il à vingt ? Personne ne le sait encore.
Le programme La culture à l’école est victime de son propre succès. Le ministère prétend qu’il n’est pas menacé, mais qu’on ne versera pas de sommes supplémentaires cette année. Il faudra néanmoins trouver d’autres solutions que la sempiternelle baisse du nombre de livres, car les demandes en provenance des commissions scolaires, elles, ne font qu’augmenter d’année en année. »

On peut signer la pétition en ligne à cette adresse:
http://www.mesopinions.com/Ecrivains-a-l-ecole-petition-petitions-59012e2b52703217d59a5b91de9d92af.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire