13 août 2012

Entre Sophie Calle et Amélie Poulain

©André Marois
Il y a un mois, j'ai trouvé des photos dans la rue. Des images qui n'auraient pas dû être là. Je les ai gardées, bien sûr. Je ne pouvais pas savoir à qui elles appartenaient.
Depuis, je m'amuse à écrire l'histoire de ces clichés. J'enquête, je cherche, j'interroge. J'ai déjà retracé le lieu de la prise de vue, mais ça ne suffit pas. Je ne peux pas montrer ces photos, alors je continue à écrire. Je demande à mes amis de me donner leur version, que je retranscris.
Je suis fasciné par la quantité d'informations contenue dans une simple photographie. Et par les multiples voies possible pour en parler. Alors je continue à écrire sur mon thème, sans objectif précis, sans délai, sans savoir si ça me mènera quelque part.
Lors de mes conférences dans les écoles, je parle beaucoup des déclencheurs, des sources d'inspiration. J'explique qu'il suffit parfois de tendre l'oreille, de rester à l'affut, de partir sur l'idée d'un personnage original, d'une question qu'on se pose... Il suffit aussi de se pencher pour ramasser ce qui traine.
Je vous en donnerai des nouvelles, à l'occasion.
J'ai toujours aimé le travail de la photographe Sophie Calle. Je ne peux pas nier que je m'en inspire un peu, à ma façon.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire