23 novembre 2010

Comment j'ai écrit «9 ans, pas peur»


Il y a des textes qui demandent plus de temps que les autres pour accoucher. Allez savoir pourquoi... J’ai écrit d’une traite le début de 9 ans, pas peur en mai 2004, puis je me suis arrêté net. Les 3500 mots n’aboutissaient à rien et sont restés bien sagement dans le dossier «écrits en cours». Une fois par an, en faisant le ménage de mon ordinateur, je retombais sur ces pages que je lisais en me disant que j’aimais ça. Mais bon, je les replaçais dans la même rubrique des inachevés. Jusqu’à ce que Rémy Simard me contacte en 2009 pour me demander si je serais intéressé par l’écriture d’un scénario de BD. J’en ai toujours rêvé, alors j’ai dit oui à Rémy. Mais faute d’inspiration, je lui envoyé le début de 9 ans, pas peur, en espérant qu’il aimerait ça. Il a beaucoup aimé, mais pas pour un scénario, vu que l’histoire n’allait nulle part. Pourtant, son commentaire positif sur mon texte m’a encouragé à reprendre la plume. Cinq ans plus tard, j’ai été au bout du livre pour arriver à 20 000 mots ; la longueur d’une novella. La courte échelle a accepté de la publier dans une nouvelle collection que j’inaugure et le livre vient d’apparaître sur les tablettes. Six ans après son apparition, Angelito a enfin pu vivre son aventure pas banale. Merci Rémy !


Une autre petite histoire comme je les aime ; celle de l’illustration de la couverture, réalisée par Mélanie Baillairgé. Vous la voyez ici dans le sens où elle a été conçue. Un petit clic par erreur l’a fait se redresser et le résultat a séduit la designer. (Oui, il s’agit bien d’une tête qui flotte).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire