30 novembre 2009

Mon théâtre


Lorsque j'écris un roman, je n'assiste jamais en direct à l'effet qu'il produit sur mes lecteurs. J'en ai parfois des commentaires, des critiques à posteriori.
Mardi 24 novembre, c'était la première des Contes Urbains à La Licorne. Anonyme au milieu d'une salle pleine, j'ai assisté pour la première fois de ma vie à l'interprétation publique d'un texte que j'avais écrit.
Lorsque Francesca Barcenas a commencé Noël Bio: «Les traditions, il faut pas plaisanter avec ça. C'est utile...», j'étais très ému. Ensuite, j'ai assisté, bouche bée, aux réactions du public à qui l'on contait mon histoire. Ils on ri, ils ont commenté, ils ont applaudi. J'étais aux anges.
À ce stade-ci, la comédienne et le metteur en conte Yvan Bienvenue se sont appropriés Noël Bio. Il m'échappe et c'est tant mieux.
Je suis revenu à la représentation de samedi et c'était encore différent. Francesca prend une assurance qui impressionne.
L'expérience me ravit. C'est sûr que j'y reviendrai.

La Chronique de Rebecca Makonnen sur Radio-Canada.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire