14 avril 2012

Suite balinaise


Toutes les photos: ©André Marois
On commence à mieux comprendre Bali. Pays superbe, peuple adorable, culture fascinante. Élégance des hommes autant que des femmes. Pauvreté dérangeante pour le visiteur occidental.

Les Balinaises travaillent sans cesse. On les voit dans les champs de riz, mais aussi sur les chantiers de construction, transportant des parpaings et des sacs de sable sur leur tête. Poussant des brouettes de gravier. On se demande parfois où sont les hommes et ce qu'ils font.

Les offrandes quotidiennes sont fabriquées à la main, avec du bambou et des feuilles de bananier. On a pris un cours pour apprendre. C'est très compliqué. Certaines femmes doivent en produire 50 chaque jour, selon le nombre de pièces de leur maison et de leur commerce. Celles qui travaillent peuvent les acheter. Le lendemain, rebelote, on jette les offrandes de la veille et on repart à zéro.

Fleurs en vente au marché d'Ubud pour remplir les petits paniers d'offrandes.

On a aussi pris un cours de cuisine. Mmm.

Les combats de coqs sont officiellement interdits. Les Balinais ont droit à trois sacrifices par an, alors ils en profitent. On voit partout des hommes qui se promènent avec leur coq, le caressant sans cesse. Certaines femmes peuvent devenir jalouses du coq de leur mari, parait-il.

Balade en vélo au milieu des rizières, près du mont Agur. Sublime, forcément sublime.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire