05 décembre 2009

Noël Bio: ils en parlent

Pour ma première expériennce au théâtre, j'avoue que l'abondance et la rapidité des critiques a de quoi rendre jaloux n'importe quel écrivain.
Voici donc ce qu'on a écrit sur Noël Bio, son inteprête Francesca Barcenas et les Contes urbains 2009.

Dans Voir
«Dans Noël bio, interprété par la polyvalente Francesca Barcenas, le romancier André Marois installe des personnages colorés et provoque une étrange réunion de famille. Surtout, il maîtrise l'art du suspense et de l'improbable, proposant un conte des plus morbides.»

Dans Dimanchematin.com
«
Le Noël Bio signé par André Marois s’avère décapant et irrévérencieux; Francesca Bárcenas y plonge d’ailleurs avec un plaisir évident pour la démesure et le dérapage de ses personnages.»

Dans lequatrieme.com
«Avec Noël Bio, d'André Marois, on tombe dans le quasi tragi-comique légèrement grand-guignolesque, où, dans une terrible satire du courant grano équitable à tout crin, Francesca Barcenas nous transporte dans un noël joyeusement triste et rocambolesque où son personnage se trouvât invitée en compagnie de son frère abruti par une mère cinglée perdue de vue depuis des lustres, et vivant son trip macrobiotique de maniaque éthique globale dans un St-Profond-des-Creux glissant progressivement vers un cannibalisant surréel joyeusement horrifique. Bellement portée, les deux tiers initiaux dans cette parodie de la pensée bobo grano est délicieuse et généreuse de rire grinçant et noir, avec une portion finale qui s'étiole légèrement dans son ton et ses effets, mais cela reste du bonbon... piquant.»

Sur RueFrontenac.com
«Ouch aussi dans Noël Bio de l’auteur André Marois. La comédienne Francesca Barcenas flirte avec les grandes noirceurs de l’humain dans ce qui pourrait être un conte d’Halloween trash. De quoi se méfier de notre maman à Noël, et pourquoi pas de notre voisin de siège en qui sommeille peut-être le fragment d’une histoire inspirante pour un auteur l’année prochaine. C’est presque inquiétant.»

Sur MonTheatre.com
«André Marois nous transporte dans un chalet isolé, où la mère trop bio invite ses deux enfants pour le souper du Réveillon. Mais l'électricité manque, la nourriture aussi, et la femme flippe. Francesca Bárcenas, emmitouflée sous une grande couverture et coiffée d’une tuque, s'imprègne de son personnage qu'elle interprète avec humour et mordant.

Dans Le Devoir
«Joli glissement entre les mains de la comédienne Francesca Barcenas qui rend avec beaucoup d'aplomb un étrange récit de réveillon qui baigne presque dans l'onirique et dans lequel l'auteur, André Marois, balance bien humour et suspense.»

Sans oublier la radio de Radio-Canada, La Presse , L'Actualité et Le Journal de Montréal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire